Pédagogie déductive/inductive : des impacts variés.

Pédagogie déductive/inductive : des impacts variés.

 

La prédominance initiale des pédagogies déductives :

L’enseignement en France a depuis toujours activé une pédagogie déductive, à savoir fournir des apports théoriques, conceptuels, méthodologiques permettant ensuite des mises en applications.

Ces approches sont utiles à de nombreux points de vue pour apporter des structurations de pensée, pour organiser des modes de raisonnements, par exemple.

Elles facilitent aussi la Position du pédagogue pour les apprenants : celui-ci a pour objectif de leur faire connaitre, comprendre des apports qu’il va leur révéler, leur expliquer.

C’est ainsi qu’en Formation Professionnelle avec des publics adultes, nous rencontrons encore de nombreux Formateurs qui veulent montrer leurs connaissances, leurs expertises.

Récemment, dans un programme collectif au profit de PME, plusieurs dirigeants nous ont fait part de leurs étonnements quant aux comportements de certains formateurs du dispositif :

  • « ils cherchent plus à expliquer leurs techniques, leurs outils qu’à échanger avec nous ! »
  • « nous avons parfois l’impression que leur priorité est de finir leur programme, les apports décidés par eux plutôt que de nous écouter ! »
  • « ils ont par moments tendance à nous démontrer que seules leurs solutions ou leurs apports sont les bons ! »

Le positionnement de ces Formateurs consiste à montrer, démontrer, valoriser leurs expertises, savoir-faire, qui sont indéniables…en pensant que leurs apports peuvent effectivement résoudre des problématiques de dirigeants… cette perception est respectable …

Les limites des pédagogies déductives :

Pour autant, elle nous parait limitante, voire non facilitante pour plusieurs raisons :

  • C’est laisser l’apprenant dans sa position initiale alors que le faire « voyager » dans plusieurs positions peut lui révéler des nouvelles idées. Nous voulons dire par là que par exemple, faire exposer par un dirigeant à l’oral une de ses problématiques puis guider un travail collaboratif collectif avec éventuellement des éclairages de pratiques réalisées par d’autres dirigeants participants peut modifier la représentation du problème et/ou l’émergence de solutions !! Des regards croisés peuvent représenter une valeur ajoutée nouvelle, distinctive…peu importe que ce ne soit pas l’Apport du Formateur !!
  • C’est par instants négliger ou réduire la prise en compte des contextes professionnels des participants et leurs vécus. Ceci peut induire chez les apprenants une moindre implication car ils se sentent moins concernés…Une piste pour éviter cet écueil est de questionner son auditoire sur l’impact des apports présentés, par exemple.
  • C’est finalement remplir la Commande passée par la réalisation d’un contenu validé en amont…sans intégrer des évolutions récentes ou des dimensions nouvelles. La pertinence d’un contenu est pour nous directement relative aux contextes, aux métiers, aux activités des apprenants. En ce sens, le tour de table initial classique des attentes/objectifs des participants peut évoluer pour devenir en tant que tel un premier exercice relié au sujet de la formation…Comment ? Nous proposons par exemple d’ouvrir une formation de manière inductive afin de recenser individuellement des représentations, des perceptions des pratiques des participants sur un thème donné puis par un travail collectif d’enrichir ces éléments avant de débriefer sur ce même thème.

Les impacts des pédagogies inductives :

Cette démarche est une illustration d’une pédagogie inductive, qui vise à ce que l’apprenant soit Acteur de son processus de Formation, qu’il y participe à travers divers positionnements : apprenant mais aussi contributeur, conseiller, expérimentateur,…et plein d’autres !!

Cette approche facilite la compréhension de par la prise en considération des contextes de vie professionnelle des participants, toujours différents. Ils peuvent davantage s’approprier des techniques, des pratiques, des méthodes car ils les auront illustrées, testées et surtout…le processus est parti de leurs représentations.

Dans ces contextes, le rôle du Formateur est multiple : il est animateur de travaux collaboratifs, il peut faire des apports techniques, il régule les prises de parole, il contribue à l’émergence de réponses aux problématiques des apprenants, il stimule les échanges entre les participants…

Il est moins certain de ce qui va se passer dans ce processus mais il peut être sûr des éléments suivants : la richesse des conversations produites et l’efficacité des moments vécus ensemble !!

 

POUR EN SAVOIR PLUS : Nos Parcours de Formations de Formateurs